Syndicat CFTC - Union Régionale d'Alsace

Actualités   

12
Déc.

Egalité salariale hommes-femmes

Le 12/12/2009 à 19h49

Assez de vœux pieux !

Depuis 1944, six lois se sont succédées en France sur la question de l’égalité professionnelle et salariale. En 2004, encouragé par le Gouvernement et soutenu par les partenaires sociaux, un label Égalité a même vu le jour. Il était censé favoriser les actions en faveur de l’égalité professionnelle mais n'est devenu qu'une belle idée sur le papier.

Un demi siècle plus tard, force est de constater que tout cet arsenal juridique pourtant conséquent n’a pas suffi à résorber les inégalités professionnelles et les écarts de rémunérations.

Aujourd’hui, comme il y a 50 ans, les femmes doivent se battre pour s’imposer dans la sphère professionnelle car non seulement le plafond de verre est bien présent, mais, dans bien des cas, il semble se transformer en acier.

Quelques chiffres suffisent à révéler tout l’enjeu de la situation: 31% des femmes sont en situation de précarité (contre 6% pour les hommes) et quand elles travaillent, leur rémunération est inférieure de 27% par rapport à celle des hommes, à travail égal, bien sûr!

Pour la CFTC, il semble affligeant de devoir parler de «bonus/malus» aux entreprises -donc de sanctions -pour faire appliquer une loi de la République sur l’égalité professionnelle!

La CFTC tient à alerter les pouvoirs publics sur le risque de déresponsabiliser certaines entreprises si le malus n’est pas suffisamment pénalisant financièrement. Les citoyens se voient-ils récompensés lorsqu’ils respectent la loi?

Il est encore plus consternant de constater que la loi du 23 mars 2006 sur les inégalités de rémunération entre hommes et femmes qui prévoyait déjà cette possibilité, est restée lettre morte. Il est plus que temps que l’Etat impose au lieu de simplement préconiser l’égalité salariale dans les entreprises.

La CFTC a dénoncé à de multiples reprises la juxtaposition incohérente de textes, de négociations et de dispositifs qui nuisent à la lisibilité des actions et rendent difficile l’évaluation des engagements et des efforts fournis par les entreprises pour parvenir à cette égalité. Dans ce domaine comme dans bien d’autres, si les règles en vigueur étaient claires, elles seraient bien évidemment plus facilement applicables par tous. La CFTC souhaiterait aller plus loin en imposant un affichage supplémentaire dans l’enceinte de l’entreprise concernant les règles applicables en matière d’égalité professionnelle.

S’agissant de la simplification des règles, la CFTC est tout à fait favorable à la fusion de la négociation sur la résorption des écarts de salaires avec celle sur l’égalité professionnelle. Elle suggère qu’il en soit de même pour les négociations Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences (GPEC) et l’égalité professionnelle.

Déjà, lors de la conférence «égalité salariale» initiée en novembre 2007 par le Ministre du Travail de l’époque, Xavier Bertrand, la CFTC lui avait remis 38 propositions spécifiques pour combattre cette injustice faite aux femmes dans l’entreprise, propositions qui concernaient principalement:
- la mise en place d’un plan de formation spécifique pour favoriser l’évolution professionnelle des femmes: la CFTC est convaincue que la formation professionnelle est une pièce maîtresse du dispositif qui doit permettre aux femmes de progresser au sein de l’entreprise;
- la diminution à tout prix du temps partiel subi, véritable poison social pour les femmes;
- la conciliation des temps de vie, avec notamment le repos dominical, un principe particulièrement cher à la CFTC.
- l’orientation professionnelle: ouvrir tous les métiers aux femmes.

La CFTC avait particulièrement mis en avant les difficultés des femmes en situation monoparentale, chaque jour un peu plus nombreuses à basculer dans la pauvreté comme le soulignait encore récemment le Secours Catholique.

La France se gargarise régulièrement d’être championne européenne en matière de natalité, mais elle a encore beaucoup de progrès à faire pour le devenir également en matière d’égalité professionnelle. En partant du 116ème rang mondial, les femmes françaises ne sont pas prêtes de rattraper leur retard. Certains ont crié à l’injustice et à la discrimination pour la majoration de trimestres pour la retraite des femmes, cette même révolte doit s'étendre à la question du salaire des femmes. Il est donc plus que temps de siffler la fin de la récréation et de mettre fin à toutes ces discriminations dont sont victimes les femmes, au vu et au su de tous dans l’indifférence générale.

Arrêtons les belles paroles, du concret maintenant!

Jacques Voisin, Président de la CFTC

12
Nov.
 

Meeting UR du 25 septembre 2009 à Colmar

Le 12/11/2009 à 18h50

400 militants pour l’emploi

Réunis autour de leurs responsables régionaux, quelque 400 militants ont exprimé leur volonté de défendre et préserver l’emploi en Alsace.


La salle des Catherinettes, à Colmar, avait été magnifiquement préparée pour recevoir ces militants à l’occasion du meeting de rentrée de l’Union Régionale CFTC d’Alsace, le 25 septembre dernier.
Après les mots d’accueil du Président Patrice DIOCHET, complétés par le discours de bienvenue de M. HEMEDINGER (1er Adjoint au Maire de Colmar), les services proposés par la CFTC ont été présentés et expliqués par Pierrot SCHNEIDER. Ces services sont encore trop méconnus, alors qu’ils ont déjà maintes fois démontré leur utilité.

Pour rappeler avec force l’attachement de la CFTC au repos dominical, Alain KAUFFMANN – Secrétaire Général – a présenté un comparatif entre l’ancienne réglementation en la matière et les nouvelles modalités d’application en – dehors de l’Alsace – Moselle. Il a aussi réaffirmé, avec sa conviction habituelle, la nécessité de maintenir toute notre vigilance face à des démarches orientées vers une libéralisation rampante. Nos dimanche et jours fériés ne sont pas à brader ! Les 400 militants présents n’ont pas manqué de lui exprimer leur soutien à travers une belle salve d’applaudissements.

Ensuite, ce fut au tour de Frank BECKER, de l’ADIRA, de planter le décor en affichant la situation économique actuelle en Alsace. Sa présentation, assortie de précisions importantes, a permis à chacun d’évaluer la situation, de mesurer les risques et aussi les efforts à fournir pour sortir de cette ornière.

Le cadre des discussions étant fixé, Patrice DIOCHET monta au créneau pour interpeller le tout nouveau Président du Conseil Régional d’Alsace, André REICHARDT, élu le 14 septembre.
Affirmant haut et fort que les intentions ne suffisent plus et que les responsables doivent passer aux actes, Patrice a exprimé les craintes et la souffrance de nombreux salariés alsaciens.

A son tour, le Président du Conseil Economique et Social d’Alsace (CESA), Bernard STALTER, s’est engagé à tout mettre en œuvre pour que des propositions offensives soient faites aux décideurs afin de trouver des solutions acceptables pour ces salariés qui perdent tout ou partie de leur emploi, mais aussi pour tous ces jeunes à la recherche de travail.

Alors le Président du Conseil Régional prit la parole pour rassurer, tant que faire se peut, ceux qui défendent l’emploi au quotidien. Il a précisé clairement que les six mois de son premier mandat seront axés vers l’emploi dans notre région. Son engagement a été salué par les participants qui attendent que des résultats concrets puissent rapidement voir le jour.

Le salut confédéral nous a été apporté par Pascale COTON, Secrétaire Générale Adjointe, qui procéda à un large tour d’horizon des dossiers d’actualité. Toutes les précisions utiles furent fournies aux participants pour qu’ils puissent répercuter auprès de leurs collègues les positions et propositions CFTC dans les domaines les plus variés.

Qui mieux que Jean – Marie ARRUS pouvait donner au final de ce meeting cette note d’humour qui détend les esprits et redonne le moral, même aux plus inquiets ? Après une prestation de grande qualité, les contraintes horaires ont réussi à priver les participants de nombreux éclats de rire supplémentaires.

Ce sera pour la prochaine fois, parce que l’excellent buffet organisé par EVEN / KAU ne pouvait plus attendre.

01
Oct.

Le Travailleur - Edition Octobre Novembre 2009

Le 01/10/2009 à 09h00


Evénements   

Juillet 2018
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Votre Syndicat


Adresse :
19 rue de La Haye
BP 90073
67013 STRASBOURG CEDEX

Téléphone : 03 88 99 38 28
Télécopie : 03 88 99 09 01