Syndicat CFTC - Union Régionale d'Alsace

Actualités   

29
Janv.

Retraite

Le 29/01/2010 à 09h02

CFTC et COR d'accord sur l'essentiel

La CFTC prend acte des travaux du COR (Conseil d’Orientation des Retraites) élaborés à la demande du Parlement, sur "Retraités: annuités, points ou comptes notionnels, options et modalités techniques » sur les régimes de base.


Ce rapport crée la surprise en révélant que modifier le système ne permettrait pas de rééquilibrer le régime de retraite. Ce qui conforte la position défendue par la CFTC : un changement de système ne répondra pas au manque de ressources.


La CFTC s’oppose au principe même d’un changement de système et demande une réforme des paramètres pour s’attaquer au vrai nœud du problème qu’est le financement.


La CFTC met en garde contre un système par points ou en comptes notionnels qui se ferait au détriment de la solidarité et surtout mettrait en danger le niveau des pensions en période de crise.


Pour la CFTC, le vrai sujet est celui d’une juste répartition de la richesse produite. La CFTC demande qu’on regarde de plus près et en toute transparence toutes les exonérations de cotisations.


Il faut un élargissement de l’assiette des cotisations aux revenus non salariaux, dont les capitaux non réinvestis. Sans oublier ce qui n’a pas été remis par l’Etat au pot commun de la sécurité sociale.


A chacun ses responsabilités ! Travailler plus pour gagner moins de retraite, la CFTC dit non !


Jacques Voisin, Président confédéral

25
Janv.

Traçabilité sociale

Le 25/01/2010 à 17h39

La CFTC se démarque

L’idée de créer un label “ traçabilité sociale”, lancée officiellement en octobre dernier par la CFTC, en a déjà séduit plus d’un. Le dernier en date? Le député Yves Jégo à qui le président de la République a confié une mission pour rénover le label “Made in France” en perte de vitesse et surtout de lisibilité auprès des consommateurs.


À l’issue des conclusions des travaux qui sont attendus pour la fin mars, l’ancien label pourrait à terme évoluer vers un nouveau, vraisemblablement rebaptisé “Marque France”.


La CFTC a été auditionnée, le 14 janvier dernier, dans ce cadre. D’emblée, elle a particulièrement été très claire sur un point qui fait débat.


Pour Jacques Voisin, l’important n’est pas tant l’endroit où le produit est fabriqué, mais que certaines normes fondamentales édictées par l’Organisation internationale du travail (liées aux conditions de travail ou de rémunération notamment) soient respectées tout au long de sa fabrication.


“On doit sauvegarder nos emplois et promouvoir le travail décent sur toute la planète! , souligne Joseph Thouvenel, secrétaire général adjoint confédéral. Mécaniquement, les produits "français" respectent déjà ces normes”.


Ce label ou “Marque France” ne peut que rendre plus compétitives les entreprises socialement responsables car “il rétablit un équilibre concurrentiel par rapport aux entreprises qui font le choix du dumping social ou du moins-disant social”, poursuit Joseph Thouvenel.


Le consommateur fera ainsi ses achats en connaissance de cause.


La CFTC, pendant son audition, a détaillé et précisé les contours de son projet. La discussion a notamment permis d’entrevoir des pistes de déclinaisons concrètes possibles. Certaines d’entre elles méritent d’être suivies car, dans l’esprit, elles sont a priori cohérentes avec le projet de traçabilité sociale de la CFTC.



Discussions à suivre.



25
Janv.

GPEC

Le 25/01/2010 à 17h34


Bilan-anniversaire

La loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 a instauré l’obligation d’ouvrir des négociations sur la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) dans les entreprises de plus de 300 salariés.


Cinq ans après, la CFTC dresse un constat. Et elle n’en démord pas: la GPEC est un bon moyen pour parler emploi, pénibilité, évolution professionnelle, égalité hommes/femmes dans les entreprises.


“C’est l’occasion d’anticiper, de parler stratégie d’entreprise et d’accompagnement des salariés”, explique Olivier Gourlé, secrétaire général adjoint confédéral.


“Avec ces accords GPEC, la CFTC souhaite donner aux salariés les moyens de construire leur parcours professionnel et ainsi d’éviter les mobilités subies et les licenciements, d’où l’importance de parler maintien de l’emploi, pénibilité, égalité hommes/femmes, évolution professionnelle et emploi des seniors… ”


La GPEC, c’est aussi l’occasion d’anticiper les évolutions dans l’entreprise en tenant compte de l’environnement socio-économique et technologique. Pour la CFTC, l’accord doit être évolutif et adaptable, mais il est primordial de créer une commission de suivi pour s’assurer de son application effective.


La GPEC installe un nouvel état d’esprit de dialogue entre la direction et les IRP. Un accord GPEC doit accompagner la vision stratégique à long terme de l’entreprise et faire évoluer la carrière des salariés, à travers la formation et la politique salariale.


La GPEC est un acte syndical majeur pour les délégués CFTC. La nécessité de travailler en équipe, de communiquer en direction des salariés et de prendre en compte la réalité du terrain est un gage de réussite pour l’accord GPEC, comme le prouvent les accords labellisés “Statut du travailleur”.


L’objectif à atteindre pour la CFTC est l’instauration d’une GPEC au profit des salariés des TPE/PME. Cela passe par un développement de la GPEC territoriale, qui permettra de sauver de nombreux emplois.



Evénements   

Juillet 2018
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31

Votre Syndicat


Adresse :
19 rue de La Haye
BP 90073
67013 STRASBOURG CEDEX

Téléphone : 03 88 99 38 28
Télécopie : 03 88 99 09 01